Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 08:53

Un post pour répondre au dernier commentaire de Félicité-mafoi du billet précédent.

 

Il y a 2 souffrances : celle de la maladie, du délire paranoïaque, incommensurable et qui n'a pus être soulagée que par des medicaments à haute dose et une hôspitalisation de 3 semaines. Et puis il y a celle qui amène à la guérison, les scéances avec le psychiatre et/ou le psychologue, celle de revivre ces moments de coeur d'enfant brisé et d'autres... plus perturbants.

 

Alors oui quitte à choisir entre les 2, je préfère la 2e qui est une vraie solution. Mais j'ai vue tellement de psy (3 psychlogues et 2 psychiatres) que je sais que ce chemin n'est pas facile non plus. Il faut vraiment avoir en face de soi un soignant qui utilise les bons mots pour qu'il y est soulagement. Et il faut aussi que je sois capable d'écouter. Je me rend compte grâce au psychiatre qui me suis actuellement qu'auparavant je n'arrivais pas vraiment à écouter mes soignants ou alors je les comprenaient de travers ou alors ça ne collait pas ou c'est ce psychiatre qui est vraiment bon. Ou alors c'est simplement le bon moment. Parce que j'ai toujours eut envie de savoir ce qui n'allait pas chez moi, toujours chercher ma blessure depuis mon adolescence. Mais ce n'est que maintenant que je commence à sentir que peut être je vais guérir.

 

Il faut savoir que j'ai très très peu de souvenir de moi enfant. Mes souvenirs commencent vers 9-10 ans. Avant c'est quasiment le black out total. Et ceux sont surtout des mauvais souvenirs. Alors c'est sûr que j'ai peur de ce dont je ne me souviens pas, si déjà ce dont je me souviens est pas terrible. Mais comme dit Félicité-mafoi et mon psychiatre : la réalitée doit être moins atroce que le délire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Léto
commenter cet article

commentaires

félicité-mafoi 14/09/2010 10:44


Bonjour Léto,

J'ai l'impression que plus on cherche, moins on trouve, c'est comme pour les champignons, s'ils ont envie d'être mangés, ils se montreront.
Ce sont moins les qualités des soignants (psys) que le fait d'être prêt qui amène vers le dénouement (je crois même quand dans ce cas là, on pourrait parler à un chat, le résultat serait tout aussi
positif), la solution est en nous mais on ne doit pas la chercher avec "logique".
Tu penses que ton problème vient de l'enfance dont tu ne te souviens pas et tu as sans doute raison, en partie, mais il ne faut surtout pas imaginer pourquoi parce que cela te bloque sur un seul
objet. Laisse les choses venir à toi, sans les chercher et lorsqu'un indice sera essentiel, tu le reconnaitras.
En tous cas, c'est seulement de cette manière que tout s'est éclairci pour moi mais cela a pris des années.
Ensuite, on devient enfin soi-même et s'il reste quelques scories, on fait avec, sereinement et c'est reposant.
C'est ce que je te souhaite.

La bise et l'amitié.

félicité


Léto 14/09/2010 12:57



Merci pour ton soutien. Je vois ce que tu veux dire. Mais nos parcourt sont surement different. Je ne veux pas en dire trop sur ma vie privée sur le web. Mais merci pour ton attention, ton amitié
et ta bise :)



Présentation

  • : Accrocher à la réalité : témoignage d'une folle lucide
  • Accrocher à la réalité : témoignage d'une folle lucide
  • : Ayant subie une crise de délire paranoïaque il y a quelques années, je livre mon témoignage sur ce que j'ai vécue et mon opinion sur cette maladie
  • Contact

Important

Je ne suis pas médecin, ni psychiatre, ni psychologue

Si vous avez un problème psychiatrique : allez consulter, prenez vos médicaments.

Chaque malade est different : je ne prétend pas que tout les malades mentaux réagissent comme moi

Recherche

Texte Libre

<a href="http://www.annuaire-blog.eu"><img src="http://www.annuaire-blog.eu/template/3col/button.png" border="0"></a>

Archives

Liens